Home Coutumes et rituels

Coutumes et rituels

Les rituels ont de tout temps jalonné l’histoire du mariage. Le mariage est, en soi, déjà un rituel. Chaque époque, chaque culture, chaque tradition, chaque religion a ses rituels propres pour symboliser l’union de deux personnes. De la cérémonie du Thé japonaise au bris du verre juif, il y a ainsi vraiment tout une palette de traditions riche en émotions.

Dans son livre « Se marier autrement : Comment inventer une cérémonie civile ou religieuse« , Florence Servan Schreiber répertorie de nombreux rites et traditions autour du mariage.

« Les rites sont un point de repère communs à un groupe d’individus. On se marie à deux ou entourés de ces amis. Mais, au-delà de la loi et de l’officialisation d’une histoire d’amour, de nombreux couples éprouvent le besoin de poser certains gestes pour se sentir et se montrer marié. Les anciens estimaient que le symbolisme donne un langage à la beauté…[…] La cérémonie de mariage est un moment idéal pour composer son propre rituel à partir d’une multitude d’éléments qui nous conviennent. […] Certains de ces symboles ont un sens religieux, d’autres sont purement laïque. Beaucoup viennent de coutumes locales et ont été transformés par le temps…« 

Il n’est pas question ici de revenir sur chaque symbole, chaque tradition, mais d’en effleurer quelques un.

L’Alliance

Lorsque l’on se marie, on fait alliance, on s’unit à vie pour le meilleur et pour le pire. D’où le nom « alliance » donné à cet anneau échangé lors du mariage.

L’alliance, comme la bague de fiançailles d’ailleurs (bague de fiançailles uniquement pour la femme, car lors des fiançailles, on ne fait pas alliance, mais juste une promesse de mariage), est traditionnellement portée à l‘annulaire gauche, doigt qui, selon une légende de l’Ancienne Egypte, se trouve placé sur le chemin de la « Vena Amoris » (Veine de l’Amour) qui mène directement au cœur…

D’autres pensent que cette tradition viendrait du 17ème siècle : à l’occasion d’un mariage chrétien, le prêtre qui officiait lors de cette cérémonie, après avoir touché les uns après les autres, les trois premiers doigts de la main gauche, le pouce, l’index et le majeur (Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit), arriva alors au quatrième doigt, l’annulaire, qu’il choisit comme place pour l’alliance.

photo d'alliances

Photo : Marie & Vous Photographe

Voici ce que dit Florence Servan-Schreiber à ce sujet :

« Le cercle éternel de l’alliance est devenu un symbole universel de l’amour et de l’engagement. […] Le cercle protecteur peut prendre la forme de la bague, du bracelet, du collier, de la ceinture, de la couronne... »

Le port de l’alliance diffère selon les époques et les coutumes : les Hébreux portaient leur alliance à l’index ; les orthodoxes à l’annulaire de la main droite ; les Maoris portent une alliance en os gravé, et en Suède, les mariés se nouent mutuellement trois rubans à l’annulaire… Le plus important, c’est de porter un signe qui montre qu’on aime et qu’on est aimé.

Par tradition, ce n’est pas à la Mairie qu’on échange les anneaux, mais lors de la cérémonie religieuse. Dans le cas d’une cérémonie d’engagement, les mariés choisissent quand et comment échanger leurs alliances. Si la Mairie est d’accord pour organiser une cérémonie civile plus longue et agrémentée de textes et musiques, ce qui arrive de plus en plus, vous pouvez alors intégrer cet échange à ce moment-là. Si vous organisez une cérémonie en plus de la cérémonie civile, libre à vous de « mettre en scène » votre échange de consentement et d’alliances. Vous pouvez les faire bénir par vos parents et/ou vos enfants si vous en avez, ou encore demander la bénédiction de vos invités sur les anneaux… Tout peut se faire, à partir du moment où cela vous correspond.

L’autel

C’est le lieu sacré où l’on consacre.

« C’est la raison pour laquelle il est généralement plus élevé que ce qui l’entoure : on place plus haut ce que l’on respecte. Mais on peut consacrer aussi à même le sol : dans ce cas, c’est la terre qui fait office d’autel.« 

Dans son livre, Florence Servan-Schreiber suggère qu’après la cérémonie, vous creusiez le sol (l’autel) en souvenir de l’événement : vous pourrez y enfouir des objets se rapportant à votre cérémonie, comme une plaque gravée disant : « Ici se sont mariés …………. et…………. ». Un jour, peut-être que des archéologues tomberont dessus. Dans quelques siècles…

Pour composer votre autel, une simple table recouverte d’un tissu suffit. Il servira par exemple a y déposer les éléments d’un rituel, pour signer votre certificat ou encore y mettre une composition florale.

Photo : Marie & Vous photographe

Photo : Marie & Vous Photographe

Ce lieu sacré est souvent aussi représenté par l’arche décorée. Très visuellement associée aux cérémonies « à l’américaine », l’arche décorée, fleurie, sert de décor à la cérémonie. Parfois, on s’en sert en début d’allée, comme d’une porte que les époux franchissent vers leur avenir commun. Elle peut être également une interprétation de la houppa juive. En effet, les mariages juifs ont toujours lieu sous une houppa, composée d’un voile tendu sur quatre poteaux, comme une représentation de la tente d’Abraham. Ouverte sur les côtés en signe d’hospitalité envers tous, elle représente le foyer des époux.

Le pain, le sel, le vin

Le mariage c’est du partage. Et il est de coutume dans différentes traditions que les nouveaux époux partagent quelque chose (une boisson, un aliment) au cours de leur cérémonie. Le partage du pain, du sel et du vin peut donc s’intégrer dans une cérémonie d’engagement, chaque élément ayant une signification particulière dans ce cadre.

Le pain : Symbole de la nourriture quotidienne et de tout ce qui va devenir commun au couple, le bon comme le mauvais ; la joie, comme la peine. Partager le pain de noce, on fait preuve d’hospitalité. Lors ce la cérémonie, c’est un moment très fort que de partager le pain entre les mariés. « Il symbolise le lot commun à tous les couples mariés. »

Le sel : Il protège ce qui est périssable, augure de la saveur d’une vie nouvelle, avec ses prises de risques.

Le vin : Don de la terre, symbole d’abondance et de réconciliation. Chargé d’espoir, nectar divin, porteur de joie, signe de fertilité. Partagez une coupe de vin entre les époux, comme vous partagerez tout dans la vie qui s’annonce.

Le Lancer de riz

Le lancer du riz à la fin de la cérémonie symbolise la prospérité et la fertilité pour les nouveaux mariés. Cela remonte à un très ancien rite païen consistant à lancer des graines sur les jeunes mariés, graines dont la force et surtout la fertilité leur seraient ainsi automatiquement transmises…

De moins en moins utilisés de nos jours, il est souvent remplacé par un lancer de pétales ou encore des bulles. Ces confettis et autres pétales, outre leur effet visuel non négligeable, ont aussi la réputation d’éloigner les « mauvais esprits » loin des jeunes époux.

 

Un rituel apporte un élément visuel au cours de votre cérémonie. Si il est participatif, vos invités deviennent alors acteurs et non plus juste des spectateurs. Cela permet de grands moments d’émotion et de partage. Il est cependant important de souligner qu’il n’est absolument pas obligatoire d’avoir un rituel au cours d’une cérémonie d’engagement !!!! Il ne s’agit pas là de faire comme tout le monde, et il n’y a aucune règle en la matière. Vous pouvez vouloir un rituel à condition que celui-ci ait du sens pour vous, votre couple, votre histoire ! vous pouvez en choisir un qui existe déjà, ou encore en inventer un. Mais gardez bien en tête que la cérémonie doit vous ressembler, et que si l’insertion d’un rituel ne vous parle pas, vous n’avez pas à en faire un !

Si vous passez par un officiant professionnel, il peut vous proposer un rituel au cours de la préparation de la cérémonie qu’il fera avec vous, mais il n’a pas à vous en imposer un d’office dans ses prestations.

Retrouvez d’autres rituels sur le blog !